L’histoire

Notre

Histoire

Au cœur d’un paysage d’exception protégé par les collines des Corbières, les vins de Fontfroide portent en eux les secrets de 1000 ans d’histoire. Le vignoble s’est développé autour de ce joyau de l’architecture romane : l’abbaye Cistercienne implantée en terre Cathare. D’abord élevés pour procurer à chaque moine la ration quotidienne préconisée par la règle de Saint Benoît, ses vins se sont peu à peu imprégnés des valeurs des hommes qui le produisaient.

Découvrir la gamme de vins de l’abbaye de Fontfroide c’est pénétrer un terroir préservé de plaines et de garrigues odorantes, c’est méditer dans les galeries du cloître où le gazouillis des oiseaux enchante le silence, c’est rendre grâce à l’inspiration comme le firent un temps les artistes Fontfroidiens, c’est finalement approcher une forme d’absolu universel dans la félicité.

L’antiquité

En 479, Sidoine Apollinaire, après un séjour dans la magnifique villa Octavienne, proche de Fontfroide, évoque « ses champs et ses eaux, son vignoble et ses oliveraies », témoignage de l’implantation ancienne de la vigne, lors de la fondation de « Narbo Martius » (Narbonne) en 118 Avant J.-C.

Les vignobles du Languedoc, développés par les vétérans des légions romaines ayant reçu des terres dans la Narbonnaise, concurrencent alors fortement ceux de l’Italie, au point que l’administration romaine légifère pour protéger les intérêts de ses propres vignerons.

Le moyen-âge

Haut lieu cistercien, l’Abbaye de Fontfroide exploite dans ses nombreuses « granges » (exploitations agricoles) des vignobles au coeur des Corbières depuis le XIIème siècle, participant alors au renouveau de la viticulture narbonnaise, en sommeil depuis la fin de la Pax Romana.

Le vin est nécessaire à la célébration de l’eucharistie et il est autorisé par la règle de Saint Benoît, qui fixe une limite de consommation individuelle, précise que l’abstention reste … préférable (le vin fait même « apostasier les sages ») mais rajoute aussitôt que le Père Abbé peut en faire distribuer davantage « si les conditions l’exigent » ! Aussi les Cisterciens furent-ils, comme à Clos Vougeot, de grands viticulteurs.

Au XIVème siècle, le vin de Fontfroide, un vin doux (muté à l’alcool) qui peut voyager, à base sans doute de cépages grenache blanc et noir, est servi à Avignon sur la table des Papes, dont celle de Benoît XII, ancien Père Abbé de Fontfroide.

L’époque moderne

Au XIXème siècle, la communauté cistercienne réinstallée produit à Saint-Julien de Septime, la plus ancienne et la plus proche « grange cistercienne » de Fontfroide, du vin de messe et des vins rouges de grande qualité. Vin qu’elle échange avec d’autres abbayes comme Hautecombe. Ce vin rouge est également vendu partout en France via la « place de négoce » de Narbonne.

Les derniers moines quittent Fontfroide en 1901. Mais l’empreinte de leur travail reste vivace au détour de chaque parcelle de vignes dont le nom, l’orientation, les contours dessinés par des murets en pierres sont inchangés depuis des siècles.

soyez notre invité

Séjour dans nos gîtes

découvrir

Inscription à la newsletter

Recevez nos dernières actualités